Les évolutions digitales dans le domaine de la formation

Le digital influence les entreprises et autres organisations publiques à l’exemple d’une mairie. De la simple commercialisation d’un produit à sa propre transformation en passant par la facturation, des process sont mis en place tous les jours. Plus un seul service ne peut désormais s’en détacher. Pas même celui de la formation professionnelle.

Dernièrement, les techniques d’apprentissage ont modifié leur cahier des charges pour y inclure la technologie digitale. Et par voie de conséquence, la demande des professionnels s’est littéralement développée en même temps que les nouvelles méthodes d’apprentissage.

Une réponse à la demande actuelle

Pour déchiffrer au mieux les développements récents du modèle des formations professionnelles, il nous faut revenir au dispositif légal du 5 mars 2014. Un cadre juridique qui fixait les conditions du compte personnel d’activité et lançait la notion de bloc de compétences. Afin de prendre en compte ce dispositif, les centres de formation ont ainsi classifié les diplômes. Une évolution qui a admis de faire face aux demandes des différentes entreprises et à ses besoins individuels de formation.

Cette nouvelle donne s’est suivi d’une inclination de plus en plus affirmée pour les technologies du web et de ses nouveaux moyens digitaux. Les méthodologies dans le domaine de l’entreprise évoluent, et celui de la formation ne fait pas exception à la règle. Et cela touche tout le personnel d’une entreprise, du stagiaire au chef d’entreprise. Il y a donc une attente en terme de formation à l’image d’une formation en stratégie digitale pour observer et répondre aux tendances du marché.

3 premières résolutions dans le catalogue des offres

Cette demande à l’égard de la technologie numérique a un effet direct sur les offres pédagogiques mises en avant par les professionnels du secteur. L’offre pédagogique s’est actualisée non seulement aux besoins des stagiaires, mais également aux autres d’employés de l’entreprise. Le catalogue des offres pédagogiques et digitales a ainsi été revu autour de 3 premiers axes à l’exemple de l’école de formation des managers.

Le premier est le e-learning. C’est un ensemble de contenus (exercices en ligne, cours, etc.) que le candidat a la possibilité de suivre dans le cadre d’une formation à distance. Le candidat gagne ainsi en autonomie de travail.

Le deuxième est la classe virtuelle. Elle regroupe des candidats en petits groupes pour des cours de 2 heures environ. Le candidat apprend en partageant avec les autres membres du groupe.

La troisième est le webinar. C’est une rencontre en ligne avec un expert et elle s’effectue sur les thématiques importantes du bloc de compétences. L’apprenant profite ainsi du savoir-faire de l’expert en direct ou en différé.

3 dernières résolutions de l’offre de formation

3 autres axes viennent compléter le e-learning, la classe virtuelle et le webinar.
Le quatrième est le learning on job. C’est ni plus ni moins qu’une étude de cas. Une étude de cas en situation réelle dans l’entreprise. Le candidat reproduit les tâches et les exercices inhérents à son poste.

Le cinquième est le serious game. C’est un apprentissage du savoir-faire ou d’une compétence par le biais d’un jeu en ligne. Généralement, le côté divertissant de l’apprentissage est relativement bien perçu.

Et le dernier, ce sont les travaux à distance collaboratifs. La coopération est une manière d’apprendre et peut être, par la même occasion, un but en soi. En travaillant à distance et de manière collaborative, le salarié s’habitue avec la méthode de travail en place dans l’entreprise.

Ce total de 6 modalités d’apprentissage sont une ébauche du contenu d’une formation en stratégie digitale en vue, par exemple, de développer sa culture digitale.

La formation présentielle est toujours performante

Cela ne fait aucun doute, la technologie digitale gagne du terrain. Ce qui ne veut pas dire que la formation présentielle est pour autant dépourvue de tout intérêt pédagogique. Le savoir-faire peut être dispensé en ligne et la présence d’un formateur est toujours un rendez-vous pour mettre en pratique et actualiser les connaissances acquises.

En effet, des compétences relatives aux métiers du management et du comportement nécessitent des exercices pratiques. Exercices qu’il est, pour le moment, difficile à dispenser par l’intermédiaire d’un travail à distance. Il ne faut pas sous-estimer les qualités premières d’un enseignement en présentiel, à savoir un échange physique entre individus.

A distance ou sous la forme présentielle, la finalité d’une formation est d’ajouter une valeur supérieure – à celle de départ – au candidat, ainsi qu’à son employeur. Le candidat peut ainsi, au terme de sa formation (en présentielle ou en ligne), mettre en application les compétences apprises dans le cadre de son entreprise.

Cependant, l’apprentissage via une formation en stratégie digitale peut être également la panacée d’un créateur d’entreprise, avant de se lancer dans l’aventure entrepreneuriale. Elle permet d’identifier, par exemple, l’ensemble des éléments importants d’un business model créatif et de développer la valeur de sa clientèle.

Ces articles pourraient vous intéresser

Financement métier

Un CPF de transition professionnelle, pour quel objectif ?

A partir du 1er janvier 2019, un nouveau dispositif d’accès à la formation apparait : Le CPF: Compte personnel de formation dit de transition professionnelle.

Financement métier

Focus sur l’AFDAS

En 2017, L’AFDAS publie son rapport annuel ; elle souligne La meilleure collecte de son histoire d’un montant global de 291 M€, dont 66,4 M€ au titre de la taxe d’apprentissage, soit un niveau de ressources en hausse de 4 %, un développement sans précédent de l’alternance de +18 % et des POE –préparation opérationnelle à l’emploi (444 demandeurs d’emploi formés en 2017) qui contribue à réduire le chômage et à développer l’emploi des jeunes.

Financement métier

Quelle place pour les partenaires sociaux dans la réforme de la formation ?

La formation professionnelle depuis les textes fondateurs de 1971 vivait dans un environnement paritaire où les trois organisations patronales interprofessionnelles qualifiées de « représentatives » (MEDEF, CPME, U2P –ex UPA) et les cinq centrales syndicales de salariés (CFDT, CGT, FO, CFE-CGC et CFTC) étaient aux commandes de l’organisation juridique, financière et pédagogique du système.