Bénévole d’association : comment accéder à la formation ?

La loi Travail a institué, avec effet à partir du 1er janvier 2017, le compte personnel d’activité (CPA) au profit de chaque actif. Il est constitué de trois dispositifs : le compte personnel de formation (CPF), le compte personnel de prévention de la pénibilité (C3P) et du compte d’engagement citoyen (CEC). Le principe du compte d’engagement citoyen est simple : recenser les activités bénévoles ou de volontariat de son titulaire. 

Le compte permet d’acquérir des heures inscrites sur le CPF ou des jours de congés pour exercer des activités bénévoles ou de volontariat. La loi précise les activités de volontariat (tel le service civique) ou de bénévolat associatif qui permettent d’acquérir des heures sur le compte. L’ouverture au CEC se fait pour le bénévolat associatif, à partir d’une durée de 200 heures, réalisées dans une ou plusieurs associations, dont au moins 100 heures dans une même association. Les activités bénévoles ne sont acceptées que sous certaines conditions, cumulatives, que le décret n° 2016-1367 du 12 octobre 2016 est venu préciser :

  • l’association est déclarée depuis au moins trois ans et a pour but l’assistance, la bienfaisance, la recherche scientifique ou médicale, le sport, la diffusion de la culture, la défense de l’environnement…
  • le bénévole siège dans l’organe d’administration ou de direction de l’association ou participe à l’encadrement d’autres bénévoles.

Les activités bénévoles ou de volontariat sont recensées par le titulaire du compte. Avec la réforme de la formation ; ce compte a été transformé en euros. La loi limité à 240 euros maximum pour le même engagement et par année civile les droits pouvant être acquis grâce à des activités de volontariat ou de bénévolat. Les formations éligibles sont celles qui concernent, outre la gestion spécifique d’une association, le socle de connaissances et de compétences couvre 7 domaines :

  • Savoir communiquer en français
  • Savoir utiliser des règles de base de calcul et du raisonnement mathématique
  • Savoir utiliser des techniques usuelles de l’information et de la communication numérique
  • Être apte à travailler dans le cadre de règles définies d’un travail en équipe
  • Travailler en autonomie et à réaliser un objectif individuel
  • Avoir la capacité d’apprendre à apprendre tout au long de la vie
  • Savoir maîtriser les gestes et postures de base, et respecter des règles d’hygiène, de sécurité et environnementales, élémentaires

La création en cours d’un OPCO cohésion sociale autour d’Uniformation en fait l’interlocuteur prioritaire des bénévoles concernant leur formation.

Liens utiles

Service Public – vos droits

Un opco de la COHESION SOCIALE se constitue autour d’Uniformation

 

Ces articles pourraient vous intéresser

Financement métier

Ingénieur web et multimédia, un métier porteur en 2021

Le développement du numérique, la croissance des plateformes spécialisées dans la relation commerciale et la vente de produits ou services, le succès de la formation à distance… sont autant de constats que les métiers qui accompagnent ces m...
Financement métier

L’aide individuelle à la formation : un soutien financier aux projets

L’aide individuelle à la formation – AIF – permet d’offrir un soutien financier à des demandeurs d’emploi aux bénéficiaires de la Convention de reclassement personnalisé (CRP), du Contrat de transition professionnelle (CTP) ou du Contrat de sécurisation professionnelle (CSP) qui souhaitent se reconvertir ou créer une activité. L’AIF peut aussi venir compléter un dispositif de financement, ou contribuer à une formation dans le domaine du sanitaire et social. L’AIF est très encadrée et règlementée.

Financement métier

Que devient le plan de formation avec la réforme ?

Depuis le 1er janvier 2019, le plan de formation est devenu le plan de développement des compétences. Si l’obligation d’adapter les salariés aux exigences de leur poste de travail, d’anticiper les évolutions de l’emploi et le maintien dans l’emploi, selon le code du travail – article L 6321 – demeure, la mise en œuvre ou non d’un plan de développement des compétences relève de la décision pleine et entière de l’employeur, après consultation des représentants du personnel.