Choisir son organisme de formation

La France compte plus de 60 000 organismes de formation alors que le nombre de commerce de boulangerie  n’atteint que 35 000 points de vente. Dans cet environnement, il n’est pas facile de choisir son organisme de formation. Cette fiche vous propose quelques conseils.

L’organisme est il référencé ?

Depuis 2015, les financeurs publics de la formation professionnelle doivent s’appuyer sur 6 critères fixés par un décret sur la qualité de la formation pour :

  • garantir la capacité des prestataires à dispenser une formation de qualité ;
  • s’assurer de la cohérence du prix des prestations qu’ils achètent ;
  • identifier sur une liste de référence rendue publique, les prestataires dont ils se sont assurés de la capacité à dispenser une formation de qualité ;

Une base de données, appelée DataDock recense les organismes de formation qui ont fait l’objet d’une inscription par les financeurs. Si l’organisme de formation n’est pas inscrit sur Data Dock, la formation ne pourra pas être prise en charge par votre Compte personnel de formation CPF si vous êtes salarié. Si vous êtes demandeur d’emploi, une autre base de données existe : c’est « la bonne formation » crée par Pôle Emploi. Enfin, une troisième base de données « Dokelio Ile de France » associe le conseil régional d’Ile de France et l’association Défi Métiers.

Quels sont les 6 critères qui induisent une formation de qualité ?

Le décret de 2015, toujours d’actualité, énumère les obligations des organismes :

  • L’identification précise des objectifs de la formation et son adaptation au public formé ;
  • L’adaptation des dispositifs d’accueil, de suivi pédagogique et d’évaluation aux publics de stagiaires ;
  • L’adéquation des moyens pédagogiques, techniques et d’encadrement à l’offre de formation
  • La qualification professionnelle et la formation continue des personnels chargés des formations ;
  • Les conditions d’information du public sur l’offre de formation, ses délais d’accès et les résultats obtenus ;
  • La prise en compte des appréciations rendues par les stagiaires.

Ces critères ont donné lieu à l’établissement d’un référentiel qui permet de procéder à des audits qualité des organismes de formation réalisés par les financeurs.

La réforme de la formation (Loi avenir professionnel) va-t-elle apporter des changements ?

Dès 2019, ont été définis des critères complémentaires qui figureront ultérieurement sur l’appli CPF et qui permettront d’apprécier notamment la performance des formations : taux de réussite aux examens, taux d’insertion dans l’emploi… et un système de qualification des organismes sera progressivement mis en place. Ceux-ci feront l’objet d’une forme de diagnostic d’aptitude réalisé par un organisme indépendant à l’image de ce qui est réalisé dans les démarches qualité (ISO). Ce changement devrait être opérationnel en 2021. L’objectif est de centraliser l’évaluation des organismes de formation dans un système d’appréciation unique et indépendant afin de développer l’information du public.

D’autres éléments me permettent t’ils, dès à présent, de m’assurer de la qualité de l’organisme de formation ?

Certains organismes n’ont pas attendu la loi pour s’inscrire déjà dans des démarches qualité (ISO, AFNOR…). Ces démarches sont sécurisantes pour le client (informations fiables, mise sous contrôle de l’organisation de la formation, écoute du client et processus d’amélioration constante de la qualité…). C’est un premier « plus » pour l’organisme qui dispose de ce certificat indépendant.

La dispense de formations certifiées oblige également l’organisme à maintenir voire développer un niveau de qualité et des résultats probants ; c’est un second « plus ».

Enfin, une proximité de l’organisme avec une ou plusieurs branches professionnelles témoigne de son aptitude à travailler avec des réseaux d’entreprises et de son souci de proposer des formations en adéquation avec les besoins en emploi du secteur. A ce titre, une certaine spécialisation de l’organisme est également un « plus » à considérer.

Dès 2019, les listes de formation ouvertes au CPF sont supprimées afin de permettre d’ouvrir les choix vers un éventail plus large de formations ouvrant à des certifications.

Le marché de la formation, ainsi, se libéralise en 2019. Le coût de la formation n’est plus apprécié seulement en heures mais en euros. Votre « portefeuille CPF » vous permettra d’appréhender les formations également sur le critère prix. A charge pour les organismes de vous apporter des solutions pédagogiques ou financières pour optimiser votre investissement.

Depuis novembre 2019, une appli CPF recense les formations proposées par des organismes, ouvertes à votre choix : durée, coût, localisation, conditions de participation, résultats…et marque un changement considérable de nos habitudes de consommation de la formation.

 

Adresses utiles :

  • Les listes d’organismes issues de Data Dock sont publiées par les OPCA – OPCO et OPACIF actuels organismes de financement. Voir, par exemple :

Catalogue de référence des organismes de formation

  • Consulter les autres référencements :

La bonne formation Pôle Emploi

Dokelio Ile de France

Ces articles pourraient vous intéresser

Financement métier

Les services des opérateurs de compétences OPCO

Depuis le 1er avril 2019, onze OPCO interviennent dans le champ de la formation professionnelle. Quel est leur rôle ? Comment fonctionnent-ils ? Quels sont les services accessibles par les entreprises ?

Financement métier

Focus sur l’AFDAS

En 2017, L’AFDAS publie son rapport annuel ; elle souligne La meilleure collecte de son histoire d’un montant global de 291 M€, dont 66,4 M€ au titre de la taxe d’apprentissage, soit un niveau de ressources en hausse de 4 %, un développement sans précédent de l’alternance de +18 % et des POE –préparation opérationnelle à l’emploi (444 demandeurs d’emploi formés en 2017) qui contribue à réduire le chômage et à développer l’emploi des jeunes.

Financement métier

Focus sur l’OPCO des entreprises de proximité

En 2016, Les organisations patronales des artisans (UPA) et des professions libérales (UNAPL) ont uni leurs forces pour donner naissance à l’U2P. Forte de ses 2,3 millions d’entreprises adhérentes, la nouvelle organisation compte s’imposer face au Medef et la CGPME en matière de représentativité.